Notre stratégie internationale est mise en œuvre depuis plus de 20 ans car le mouvement des MFR met l’accent sur l’ouverture au monde et sur la citoyenneté internationale. De part son concept premier de centre de formation par alternance, la MFR de Vayres fait prévaloir la formation sur le terrain en milieu socioprofessionnel.

Jusqu’à aujourd’hui, elle a été mise en place pour la formation de 1ère année de BTSA Technicien Commercial en Vins et Spiritueux.
En effet, le monde des vins et spiritueux appelle évidemment l’idée de l’international. Que ce soit des cavistes, négoces, sociétés d’import export,  restaurants, bars, wine bars, pubs, hôtels, vignobles,…. toutes ces entreprises sont visées par nos étudiants à travers le monde comme de potentielles entreprises d’accueil.

Les destinations sont multiples, souvent anglophones puisque la coordinatrice qui est aussi formatrice en anglais souligne l’importance de bien maîtriser cette langue dans le monde du vin. Cependant, il n’y a aucune obligation. Chaque année, par exemple, certains jeunes effectuent leurs stages au Portugal, au Danemark, en République Dominicaine, et d’autres aux USA, au Royaume-Uni, en Australie, en Afrique du Sud, à Malte… Les résultats sont probants et nos jeunes reviennent enrichis d’une expérience forte qui leur ouvre de nouveaux horizons dont ils ne connaissaient pas l’existence avant les départs.

D’autre part, pour la formation Responsable Qualité Hygiène Sécurité Environnement des entreprises vitivinicoles, titre de niveau II par apprentissage en alternance, la MFR souhaite mettre en place un partenariat avec Tesco qui a son siège en Ecosse et qui est un modèle en ce qui concerne toute la Qualité de manière générale. Une collègue s’engage dans ce projet et propose d’aller en Ecosse les rencontrer. L’idée serait de mettre en place un voyage d’étude d’une semaine chaque année. La formatrice propose d’aller rencontrer l’équipe de Tesco d’ici deux ans afin de travailler sur ce projet.

Nous aimerions encore mettre en place un voyage d’étude de 3 jours au salon international des vins de Londres pour les deux formations de BTS, technico-commercial et viticulture-oenologie. Pour ce faire, une formatrice responsable de BTS propose d’aller rencontrer les organisateurs et exposants d’ici deux ans pour organiser cette mobilité. Ces diverses propositions marquent un réel intérêt de la part de l’équipe pour dynamiser les formations et eux-mêmes s’ouvrir à l’espace européen dans sa richesse et sa diversité. Des préparations linguistiques permettront aux formateurs de communiquer correctement sur place et d’accroître leurs compétences langagières et internationales.

Enfin, la modernisation de nos enseignements passe aussi par l’international à travers la volonté du personnel formateur de comparer les méthodes d’enseignement apprentissage avec d’autres modèles. C’est dans cet esprit que la formatrice-coordinatrice propose d’aller à la rencontre du personnel enseignant d’une école à Helsinki afin de pouvoir comparer les méthodes d’enseignement pour mieux résoudre le noeud pédagogique et dynamiser, adapter notre enseignement de manière pertinente à un public en perpétuelle mutation.

Toute rencontre internationale peut résulter en un partenariat dynamique culturel, pédagogique, professionnel et humain qui sera mis en avant grâce à notre site web, notre page Facebook, et la presse. Nous espérons pouvoir davantage créer de l’accueil étudiant et du personnel de la formation et créer des événements de rencontre internationale et valoriser ainsi l’ouverture et la rencontre.

Nous nous engageons à attester qu’une période de formation en BTS a bien été menée par l’attestation d’un supplément au diplôme.

La coordinatrice d’anglais a déjà soumis sa volonté de mettre en place un accord interinstitutionnel qui lui permettrait d’enseigner à l’étranger sur une période plus ou moins longue et qu’un formateur de l’établissement partenaire puisse venir enseigner à la MFR. Enfin, nous sommes une petite structure et il semble important que nous nous engagions dans un consortium avec les autres MFR nationales ou les lycées agricoles publics afin de mutualiser nos connaissances et réseaux pour créer un dynamisme de la rencontre encore plus visible.
Ceci est encore une idée qui doit être échangée avec les autres établissements agricoles.